jeudi 2 avril 2015

Critique: Session IPA, des Brasseurs du Monde/Balthazar

On ne peut pas nier que la bière c'est d'abord et avant tout une expérience sensorielle. Le parfum envoutant du houblon, fruité, épicé, herbacé ou résineux, ou encore tout ça en même temps. La caresse maltée allant du biscuit soda jusqu'au caramel foncé, en passant par le pain grillé et le café torréfié. Le pétillement en bouche, le corps onctueux, la fine dentelle qui colle aux parois du vaisseau spécifiquement choisi pour le style. C'est un spectacle pour les yeux, le nez, la bouche. Une danse enivrante, qui finit toujours de la même façon: l'ébriété.

Effectivement, toute bonne chose - y compris la bière - a ses défauts. L'alcool est une substance qui annonce une malédiction bien connue: le lendemain de veille. 

Pour remédier à ce fâcheux inconvénient, nos conquérants - les Britanniques - ont popularisé un style portant le nom "session beer" ou la bière de session, en français siouplâ, soit des bières à faibles pourcentages alcooliques. Verra donc le jour chez nos amis du Sud une bière avec la puissance aromatique d'une Heady Topper et la teneur en alcool d'une Coors Light: la Session IPA.

À ce jour plusieurs offrandes de nos micros locales ont vu le dessus d'une tablette. Il y eu des succès notoires ainsi que des moins bonnes interprétations, mais bref l'accord est unanime qu'une bière plein-goût qui ne déchire pas trop la face c'est une excellente chose.

Ceci étant dit, les Brasseurs du Monde nous livrent une collaboration avec la chaîne de bars à bière Balthazar. Un vrai cocktail de houblons, celle-ci en contient sept variétés et peut-être même un peu plus, vu que le Falconer's Flight et le Zythos sont des assemblages de différentes variétés et que le Sorachi Ace est un hybride de plusieurs spécimens.

Alors, s'tu bon? Vous verrez bien!



À l'oeil: Elle se fait blonde, dorée et quelque peu trouble. Des particules en suspension trahissent le houblonnage à cru qu'a sans doute subi cette Session IPA. Le tout est surmonté d'un col blanc comme neige et bien mousseux, laissant derrière une fine dentelle. Belle broue.

Au nez: On y pige des effluves d'agrumes de toutes sortes ainsi que de fruits tropicaux. C'est légèrement résineux, mais sans plus. Le malt quant à lui se fait timide à l'olfactif avec seulement quelques bouffées de céréales sèches répertoriées. Le tout me semble assez bien dosé et ça demeure assez typique pour le style.

En bouche: C'est d'un parfait équilibre pour moi. Les saveurs jouent comme de la musique sur les papilles, oscillant entre des tons d'agrumes frais, de melons et de lychees, pour ensuite bifurquer vers des notes herbacées et terreuses. On y perçoit aisément une facette céréalière, un biscuit soda ou un craquelin mince, dont la longueur en bouche est subitement tranchée par une finale résineuse et agréablement amère.




Donc. Le verdict?

Bien que ça ne soit aucunement une mauvaise chose, le houblon Citra se fait plus que présent dans celle-ci et je questionne sérieusement la nécessité des autres spécimens d'houblons utilisés, surtout en temps de pénurie. 

Ceci étant dit, cette IPA à basse teneur en alcool répond à toutes mes attentes et surpasse même ce dont je m'attendais à recevoir de cette brasserie citée plutôt discrètement dans mon entourage de beer geeks. Je me dois de découvrir davantage cette brasserie et peut-être même aller à St-Hyacinthe déguster l'une des Réserves du Picoleur.

Une heureuse découverte, la Session IPA des Brasseurs du Monde deviendrait sans doute une de mes régulières si ce n'était pas du fait qu'elle n'est qu'une édition spéciale, fabriquée en collaboration avec le Balthazar. Zut alors.


Ma note? B+. Superbe produit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire