jeudi 19 mars 2015

P'tite vite: Oud Bruin, des Trois Mousquetaires

En format p'tite vite ce soir pas parce que ce n'est pas bon mais parce que c'est - à ma connaissance, tout de moins - la première vieille brune d'un microbrasseur québécois. Bah, j'suis menteur. Je sais très bien que Pit Caribou avait fait une brune surette, puis d'autres ont probablement tentées leur coup, mais à ma connaissance ce n'était jamais vieilli en barriques de chêne. Corrigez-moi si je me trompe, ça m'arrive souvent de dire n'importe quoi.

Bien que les brasseux chez LTM sont sans conteste maîtres de leur art, difficiles pour moi de critiquer l'embryon de ce que j'estime sera un mouvement brassicole sans pareil. En fait, la vraie raison pour laquelle je ne critiquerai pas proprement la Oud Bruin c'est parce que ce style est encore totalement extraterrestre pour moi. Ce qui est considéré bon ou non sur ce style, je n'en ai pas la moindre idée. La seule autre vieille brune que j'ai bu c'était à Green Bench Brewing, à St-Petersburg (en Floride).

Mais enfin bref, ne vous inquiétez pas... J'ai dévalisé l'étalage de mon détaillant favori. J'en ai une couple d'autres que je pourrai déguster à une date future pour y apposer mon score.

Fa' que, on l'ouvre tu s'te bière?



En poppant le cork, des effluves de vinaigre balsamique nous attaquent immédiatement l'olfactif. Ça devient vite une arrière-pensée, parce que s'te bouteille là se met à gusher partout! On jongle un peu avec le contenant pour ne pas en mettre partout et avoir la blonde en Saint-Sivouplaît: c’est encore bien vivant là-dedans. Ah, Brett, comme t'es beau pis t'es fin.

Ça se verse un brun foncé trouble. La lumière y pénètre, mais à peine. La tête - au début bien excitée d'être de la soirée - finit par s'assoupir, créant une belle dentelle dans le verre et se résorbant en une fine couche de mousse beige.

On se rapproche le pif et c'est tout à fait sublime. Ce qui est au tout début une cacophonie de flaveurs inidentifiables se calme tranquillement et on peut facilement y déceler en plus des notes décidément acétiques, un côté d'esters fruités, le bois de la barrique de chêne, ainsi que de toffee. Le tout rentre en ordre, successivement, et aucune caractéristique n’entrave l'autre. En arrière-plan, j'y perçois une facette légèrement sulfurique... Mais après consultation, c'est peut-être juste moi.

Une fois en bouche, ça devient orgasmique. L'olfactif se reproduit presque parfaitement. Une acidité quasi divine enveloppe un côté à la fois torréfié, boisé et légèrement fruité. On y ressent une qualité vineuse: pour vrai, c'est comme boire un bon vin blanc ayant passé un p'tit séjour en amoureux avec du chêne. Pour complimenter ce côté vinifié, une finale tannique boucle le tout en beauté. Pas trop agressant, juste parfait. C'est smooth, ça coule bien. Wow.

J'adore ça, et j'suis content d'avoir le garde-robe bien rempli. Avec un potentiel de vieillissement d'au moins 5 ans, je suis certain d'avoir des dégustations assez exceptionnelles à venir.


J'ai dit je n'allais pas en faire une critique... Mais j'ne peux pas me retenir. A+++. Chapeau. Foulard. Manteau.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire