dimanche 11 janvier 2015

Critique: Imperial India, par Brasserie Dunham

Brasserie Dunham, en opération depuis 2010, est une petite micro en Montérégie qui ne cesse d’impressionner. Décrétée quasi unanimement comme la brasserie de l’année, Dunham nous a livré une panoplie d’offrandes plus solides les unes que les autres et nous sommes, de toute évidence, très impatients de voir quelles surprises ils nous réservent pour la nouvelle année. Espérons que les saisons et les assemblages seront toujours à l’honneur, car quand je me suis réveillé de mon coma de culture brassicole, elles n’étaient malheureusement plus disponibles!

Tout cela étant dit, je n’ai jamais eu l’occasion de goûter un produit de chez Dunham. Sacrilège, BLASHPÈME, direz-vous? Bah non, c’est juste que mon détaillant favori n’en tient pas. Disons que quand j’ai entendu qu’ils venaient tout juste de livrer de la Imperial India chez Flaveurs d’ici, non loin d’où mes parents habitent, je me suis précipité!

Un pèlerinage à travers ce qui me semblait comme l’Antarctique et 70$ plus tard (et dire que j’y allais juste pour la Imperial India), j’ai finalement ma broue en main et prête à être dégustée. « Et pis, Alex, » vous dites sans doute, « ça goûte quoi? » Lisez donc pour voir!



À l’œil: La Imperial India se verse dorée, pas trop foncée, légèrement voilée, propageant une fine effervescence qui nous forme un col très généreux, mais qui se dissipe rapidement en une fine couche de mousse blanche. Ce col d’une faible durée laisse derrière lui une belle dentelle bien sucrée sur les parois du verre. Un look réussi!

Au nez: En mettant mon pif dans le verre fraîchement versé, je perçois en premier plan toute la splendeur du houblon Amarillo, bien floral, mais beaucoup plus orange que pamplemousse. Dirait-on fleur d’oranger? J’croirais bien que oui! Le Nelson Sauvin, quant à lui, se veut en retrait pour moi. On perçoit toutefois très bien quelques notes vineuses, voir un côté fruité. Un arôme de caramel léger et de fines levures lie le tout majestueusement. Ça promet!

En bouche: Ça coule bien, ça se boit d’une facilité dangereuse. Le corps se veut légèrement huileux, voire même gras, et se mâche en bouche. Coup de poing en pleine gueule s’en suit: Nelson Sauvin se fait bavard dans cette orgie de saveurs et de sensations. L’amertume tranchante, mais bien soutenable laisse place à une qualité vineuse, tels un jeune sauvignon blanc, suivi de près par de l’herbe fraichement coupée, les fruits tropicaux ainsi que la résine de sapin. En réchauffant sur la langue, on va chercher un goût décidément ananas, mais la qualité orangée qu’on retrouve au nez se transforme en pamplemousse. Pas trop sucré, pas trop caramélisé: juste assez. Le monsieur est bien content!


Le verdict? Pour moi, une IPA de classe mondiale. Point à la ligne.

La persistance en amertume et en flaveurs d’houblon de ce merveilleux nectar est quasi parfaitement contrebalancée par une finale sèche et satisfaisante, laissant la bouche tout de suite prête (et même demandant) pour une autre gorgée. Ma note? A+.

Bravo, Dunham, tu ne cesses de nous surprendre avec tes délicieuses créations! Cheers!


Addendum: Plusieurs d'entre vous m'ont demandé d'introduire une fiche technique de ma dégustation, alors, dorénavant, cela se retrouveras en bas de page, après l'article! Voilà!

Producteur: Brasserie Dunham
Produit dégusté: Imperial India
Acheté chez: Flaveurs d'ici

Style: IPA impériale
Alcool: 8.6%
IBU: 133

Température de dégustation: 10-18˚C

Aucun commentaire:

Publier un commentaire