mercredi 29 octobre 2014

Critique: Pit Caribou Brett Session IPA

Je vous avoue toujours rechercher les bières un peu avant d'y goûter. 

Ça me permet notamment de savoir quelles étaient les intentions des maîtres brasseurs et surtout de savoir un peu à quoi m'attendre avant même d'avoir décapsulé ma nouvelle acquisition. Il y a parfois des créations sur lesquelles on trouve très peu d'informations et on dirait que c'est souvent le cas avec les bières de chez Pit Caribou. Semble-t-il qu'elles sont concoctées dans le secret des dieux, et on s'entend que la majorité des broues sortant de L'Anse-à-Beaufils sont effectivement divines.

C'est donc avec un peu de surprise que j'ai découvert que Pit Caribou a lancé une série "bière de ferme," la première que j'ai vu sur les tablettes en étant une entièrement fermentée avec de la brett. 

La lignée est tellement nouvelle qu'il n'y a aucune info sur le site de Pit Caribou. La bouteille toutefois mentionne que cette dernière confection met l'accent sur le côté banane et gomme baloune de la chose et non pas le "funk" qu'on retrouve souvent dans les bières à fermentation spontanée. On dit de la boire fraîchement embouteillée, et selon mon expérience ce style se boit mieux à une température de cellier (soit 10-13 degrés Celsius). Avec l'équipement et l'emplacement limité que j'ai dans mon 4 1/2, j'ai fait du mieux que j'ai pu pour respecter mes guidelines de dégustation de bière fermières.

Passons à l'action!



À l'oeil: Tête blanche comme neige et qui ne fond pas, corps d'une couleur orangée. Une IPA légèrement voilée, et même si on y met beaucoup d'attention en versant on perçoit des plumes de lie qui cascadent vers le bas. Des dépôts s'accumulent rapidement en petits tapons dans le fond du verre. Pas séduisant pantoute.

Au nez: Des notes d'ananas fraîchement coupées sont définitivement à l'avant-plan, on se croirait dans une plantation d'Hawaii ou encore au Sami-Fruits. En y revenant, on passe par les vergers, y percevant des effluves de pêches mures et d'agrumes avec une finale hautement résineuse. Les propriétés fermières qu'annonce cette broue doivent être bien cachées, car on y perçoit rien dans l'odorat. Ça me plaît quand même, fidèle à la description donnée par les big cheese chez Pit Caribou.

En bouche: À la première gorgée, les houblons, je présume d'origine ouest-américaine, explosent en bouche et laissent place à une amertume déstabilisante. J'aime ça. La brett, subtile et bien camouflée dans la forêt tropicale, contribue tel que décrit au côté plutôt fruité de cette bière, mais selon moi n'y donne presque aucune propriété fermière ou surette. Côté malté, je dirais qu'on perçoit qu'un cheveu de biscuit soda, une touche de malt sucré et caramélisé. La texture en bouche, bien grasse et coulante.


Enfin: Un rot résineux et oserais-je espérer digne d'un plant de transformation Dole un lundi matin bien humide, les restes laissent place à un côté un peu fromager si on y croit assez, mais surtout ranci. Fidèle à la plupart des créations de Pit Caribou, la mousse reste longtemps et colle aux parois de mon verre. Cette fois-ci je n’ai pas pris de chance, j'ai nettoyé mon verre avec du sel et de l'eau froide juste avant l'utilisation. Ça fait toute la différence.






Le verdict: Bien qu'une excellente bière (et j'en reboirais encore), je trouve légèrement outrageux de qualifier cette broue de "bière fermière." Les qualités lactiques sont définitivement présentes, mais de dire que tu servirais ça à un fermier brûlé d'une journée dans son champ sous le soleil de la Belgique... Pas certain. 

IPA? Oui. Bière de ferme? Non. Il existe un style croisé et non officiel aux États-Unis appelé "hopfweizenbock." Mountain Goat, une micro en Australie, et Brooklyn Brewery, une micro dans l'état de New York, font une bière de ce style qui est très semblable à la broue livrée par Pit Caribou. En mon humble opinion, la Brett Session IPA aurait plus les qualités d'une weizenbock (banane, gomme baloune, clou de girofle), ou hopfweizenbock, que celle d'une IPA proprement dit. Vous direz toutefois que je gaspille ma salive, car il n'y a pas de blé dans cette création de Pit Caribou. Vous avez bien raison. Scheisse!

Je crois toutefois qu'il y a aussi un côté marketing derrière tout ça, et aussi une question d'ingrédients, puis c'est bien correct. Les IPA sont définitivement populaires même ici au Québec et j'avoue que ça doit visuellement et de façon cognitive rejoindre plus de personnes sur les tablettes qu'une "saison houblonnée."

Tout de même, je lui donne la note de 4 bottes de bière sur 5!




Aucun commentaire:

Publier un commentaire